Le MRAP lutte contre le fascisme et l’extrême-droite - Proposition Christian Delarue

lundi 29 novembre 2021
par  Amitié entre les peuples
popularité : 4%

le MRAP lutte contre le fascisme et l’extrême-droite

Proposition - Christian Delarue (en discussion avec Sylvain Goldstein)

Les forces d’extrême-droite sont influentes en France et en Europe . Il importe de les combattre. Le MRAP a longuement débattu d’un texte contre Zemmour à son congrès. Mais pas de l’ensemble du combat à mener contre l’extrême-droite et droites extrêmes avec les porosités au sein des droites.

Luttant contre l’extrême-droite, le MRAP s’oppose d’abord, conformément à son objet, 1) aux différentes formes de RACISME, de NATIONALISME XENOPHOBE de l’extrême-droite mais il s’oppose aussi avec d’autres forces sociales à d’autres aspects du fascisme .

Ainsi va-t-il critiquer et s’opposer aussi avec le Mouvement de la Paix 2) au recours à la VIOLENCE, au militarisme, à l’instrumentalisation des forces de police à des fins anti-démocratiques ;

Ainsi va-t-il critiquer et s’opposer aussi avec les syndicats 3) au « CLASSISME », à savoir les idéologies et projets politiques de classe de nature foncièrement anti-sociale portant destruction des droits sociaux des travailleurs et travailleuses salariées conquis mais aussi des droits des chômeurs et chômeuses. L’extrême droite porte des projets travaillistes contraire à la dynamique de « travailler moins mais travailler tous et toutes » des syndicats, des projets néolibéraux producteurs d’inégalités sociales dans et hors l’école, dans et hors l’entreprise.

Avec des écologistes, le MRAP s’opposera aux fascistes, ceux qui sont 4) anti-ECOLOGIE, via des projets méprisant les préconisations du GIEC et d’autres travaux scientifiques concernant la nécessaire préservation de la nature .

Avec des féministes il s’oppose 5) au SEXISME, à la misogynie, au masculisme, au patriarcat et à l’homophobie, des contre-mouvements réactionnaires d’extrême-droite.

Le MRAP, sans tout confondre, réprouve aussi les idéologies obscurantistes et intégristes au sein de courants religieux, parfois perçus comme de gauche, mais qui portent aussi avec force du sexisme, du patriarcat, de l’homophobie, de l’athéophobie, et parfois des formes de racisme, mais pas toujours du classisme, (d’ou leur positionnement perçu comme de gauche).

Il entend participer à ce combat général avec les forces sociales impliquées sur d’autres champs que le sien !

Christian DELARUE
Bobigny 28 nov 21