Socialisme, souveraineté et droit des peuples.

dimanche 24 mars 2013
par  Amitié entre les peuples
popularité : 12%

FSM Tunis 2013 étendu

Socialisme, souveraineté et droit des peuples.

Contribution à l’articulation entre souveraineté et droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Hypothèse et proposition de réflexion.

Les « élites », républicaines ou non, selon les pays, ont peu à peu confondu souveraineté populaire et souveraineté nationale selon des formules variables. Un écart grandissant, également variable selon les pays, est apparu entre les élus et les (con)citoyens. Dans le même temps un rapprochement s’est produit entre les dirigeants politiques élus et les grands dirigeants économiques. Une oligarchie politico-financière s’est constituée, dressée contre la démocratie et le social, celui du peuple-classe. Aucun pays n’y échappe.

Le premier pas pour la réappropriation est de réancrer socialement la souveraineté accaparée par les dépositaires de l’expression nationale en collusion avec les puissances d’argent, le monde des firmes multinationales. Il faut donc en premier lieu, semble-t-il, retrouver l’écart théorique entre souveraineté populaire et souveraineté nationale. La disjoindre est un premier pas pédagogique, un nécessaire retour en arrière, du moins pour certaines formations sociales.

Ensuite il importe de creuser l’idée de fécondation. Le peuple nation - si on parle du lui - doit être « gros » des exigences du peuple-classe mobilisé en convergence de toutes ses composantes, pauvres, modestes, « moyennes », aisés (mais pas riches). On en est loin, partout.

Enfin, il ne faut pas perdre de vue le fait de la transcroissance des luttes entre pays proches. Il ne « fonctionne » pas à tout coup certes. Mais le fait qu’un mouvement de luttes se déploie dans un pays puis dans un autre se trouve confirmé à la fois pour les révolutions arabes ainsi que pour les luttes des « indignés » (sauf pour la France).

D’une certaine manière on peut dire qu’il n’y a pas de socialisme construit dans un seul pays, façon Staline, mais des socialismes qui se construisent en chaîne, les uns après les autres, à la suite d’un vaste mouvement d’ensemble pas nécessairement synchronisé. Il y a articulation entre lutte d’un peuple-classe d’une nation et luttes des peuples-classes d’un continent ou de certaines formations sociales d’un continent.

S’adresser aux peuples-classe, travailler aux convergences des luttes sociales, nationales et transnationales, est le premier devoir d’un révolutionnaire. Cela ne signifie pas ignorer les conflits internes - sur le sexisme, le racisme, l’écologie, etc... - mais tendre aussi à les dépasser.

Christian Dessaleur


Brèves

27 avril 2019 - UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo

UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo
https://www.facebook.com/groups/331158090917542/

30 mai 2010 - TravaillismExit - RTT partout en Europe !

TravaillismExit - RTT partout en Europe !
https://www.facebook.com/events/1730316523900013/