Quel Etat et quel territoire israélien ? Retour sur 1947-48 - Henri Giorgetti

lundi 6 novembre 2023
par  Amitié entre les peuples
popularité : 21%

Quel Etat et quel territoire israélien ? Retour sur 1947-48 - Henri Giorgetti

http://amitie-entre-les-peuples.org/Quel-Etat-et-quel-territoire-israelien-Retour-sur-1947-48-Henri-Giorgetti

Le partage de la Palestine de 47-48

Il est indispensable, écrit Henri Giorgetti sur son blog Médiapart (1) de rappeler que le 29 novembre 1947, par sa résolution 181 (adoptée par 33 voix pour, dont les Etats-Unis, l’Union soviétique et la France, 13 voix contre dont les Etats arabes et dix abstentions dont la Grande-Bretagne), l’Assemblée générale de l’ONU a voté, en trois minutes, le partage de la Palestine jusque-là sous mandat britannique depuis 1922, entre un Etat juif et un Etat arabe.
Injustice initiale et fatale : un Etat juif sur 55% du territoire palestinien mandataire avec environ 500 000 Juifs et 45 000 Arabes palestiniens, un Etat arabe sur 43% du territoire comprenant environ 725 000 Arabes et 10 000 Juifs. (Jérusalem, comprenant 10 0000 Juifs et 105 000 Arabes, sera placé sous statut international).
David Ben Gourion l’avait compris qui déclara, d’une voix sagement cynique, après avoir proclamé la création de l’Etat d’Israël le 14 mai 1948 : "…nous leur avons pris leur pays. Il est vrai que Dieu nous l’a promis, mais comment cela pourrait-il les concerner ? Notre Dieu n’est pas le leur. Il y a eu l’antisémitisme, les nazis, Hitler, Auschwitz, mais était-ce leur faute ? Ils ne voient qu’une seule chose : nous sommes venus et nous avons volé leur terre. Pourquoi devraient-ils accepter cela ?"

Les emprises territoriales ultérieures.

A ce "péché originel", s’ajoutera, lors de la guerre déclenchée par les pays arabes voisins, la prise de contrôle de 77 % du territoire, notamment de la majeure partie de Jérusalem. La guerre des Six jours de juin 1967 conduira à une violence nouvelle et au triplement de l’emprise territoriale de l’Etat hébreu (par l’occupation de Gaza, du Sinaï, de la Cisjordanie, de la vieille ville de Jérusalem, du plateau du Golan syrien).

De la colonisation à l’apartheid

La colonisation, qui, fébrilement, volontairement et impunément développée en Cisjordanie et à Jérusalem-Est depuis la conclusion des accords d’Oslo en 1993, a vu se multiplier le nombre de personnes par deux, jusqu’à plus de 600 000 aujourd’hui, viole systématiquement les droits humains des populations qui y sont soumises et installe durablement une situation d’apartheid, parachève l’entreprise de conquête, d’exaction, de spoliation, à l’encontre du peuple palestinien. Et, en réduisant, en morcelant le territoire occupé, rend caduc le projet d’un Etat palestinien viable et souverain et ouvre la voie à une visée d’annexion possible plus ou moins avouée par la droite et l’extrême-droite israélienne au pouvoir.
Il est loin le temps où un Charles de Gaulle pouvait lucidement déclarer : "Maintenant il (Israël) organise, sur les territoires qu’il a pris, l’occupation qui ne peut aller sans oppression, répression, expulsion et s’y manifeste contre lui la résistance qu’à son tour il qualifie de terrorisme".

De la résolution 242 à la position de Yasser Arafat

Ainsi, tous les éléments du drame sont réunis que la résolution 242 du Conseil de sécurité du 22 novembre 1967, établissant les principes d’une paix juste et durable, (à savoir le retrait d’Israël des territoires occupés lors du conflit, un juste règlement du problème des réfugiés et la cessation de toute belligérance), non respectée par l’Etat d’Israël en accord avec son protecteur américain, ne parviendra jamais à surmonter.

En 1974, pourtant, occasion manquée, Yasser Arafat avait tenté d’ouvrir la voie. Lors de sa première allocution devant l’Assemblée générale de l’ONU, le 13 novembre 1974, après avoir précisé que "…dès le début, notre révolution n’a pas été motivée par des facteurs raciaux ou religieux. Elle n’a jamais été dirigée contre l’homme juif en tant que tel, mais contre le sionisme raciste et l’agression flagrante", il déclara que le but de son organisation depuis 1969, l’OLP, demeurait la création en Palestine d’un État démocratique et laïc où chrétiens, juifs et musulmans pourront vivre dans la justice, l’égalité et la fraternité. En vain, il ne fut pas entendu.

extrait de Avec la plus grande fermeté 3 -
Suite article sur :
https://blogs.mediapart.fr/henri-giorgetti/blog/051123/avec-la-plus-grande-fermete-3eme-partie

NB : Les sous-titres sont de AELP.