Contre le fascisme, pour les migrants, dans la laïcité, contre les intégrismes religieux. Christian DELARUE

dimanche 4 novembre 2018
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

Contre le fascisme, pour les migrants, dans la laïcité, contre les intégrismes religieux.

http://amitie-entre-les-peuples.org/LA-POSSIBILITE-DU-FASCISME-UGO-PALHETA-Le-Media

Il n’y a pas de mouvements de masse fascistes en France nous dit Ugo Palheta (1) mais il existe bien des formations politiques de type national-identitaire clairement fascisantes ayant une certaine audience (1) ; formations politiques d’extrême-droite qui maintiennent juste une façade démocratique pour éviter une ressemblance trop visible et encore vivement repoussée avec les partis fascistes des années 30. Ces partis diffusent surtout de gros rejets de fractions de la population, surtout au sein du peuple-classe : rejets des migrants, rejets des Roms, rejet des musulmans (sans distinguer avec les islamistes), rejet des travailleurs fainéants et des « bras cassés » (1994), rejet de l’homosexualité, de l’IVG, etc. etc.

L’unification des classes populaires (modestes et moyennes, les unes et les autres) est nécessaire à la construction d’un peuple-classe critique et contestataire des classes dominantes intégrées au néolibéralisme mondialisé. Les migrants font parties de ces classes populaires.

Pour reprendre encore Ugo Palheta, il y a un « mauvais jeu pour la gauche » à ne pas entretenir. pour bien combattre le fascisme montant, c’est l’ambiguïté en matière d’antiracisme et d’accueil des migrants. Mais pour lui il s’agit plus d’antiracisme politique que d’antiracisme universaliste comme celui du MRAP.

- Un antiracisme politique communautariste.

Cet antiracisme politique est trop souvent racialiste, communautariste, néo-campiste, refusant de voir l’antisémitisme ou les intégrismes religieux, en demande d’abandon de la loi de mars 2004 .

Il ne faut pas valider dans aucune société des « opérations » racialistes et communautaristes (qui masquent le nuisible par globalisation-essentialisation) sous couvert de communauté, petite ou grande. Il en va de même pour la communauté nationale qui ne saurait être au-dessus de toute critique. Un antiracisme de type communautariste peut se développer sous couvert de démocratie inclusive. Or notre démocratie déjà chancelante et rabougrie doit approfondir au titre de l’inclusivite son universalisme pour s’adresser a toutes mes couches populaires modestes, de toute origines, y compris « blanches » (puisque désormais il faut le dire ainsi) , car il y a généralisation néolibérale depuis plusieurs décennies des pertes d’appui, des garanties d’emploi, et une montée de plus en plus forte de la précarité et du déclassement social. Même la fonction publique est atteinte par l’effet des mises à la retraite remplacées par des contractuels. Dans la période les dynamiques mortifèress de precarisation et déclassement sont décisives et frappent largement . Le racisme vient certes en rajouter sur ces processus éminemment négatifs. Deux combats à mener.

- Qui a vocation à mobiliser contre le fascisme ?

Ce n’est pas nouveau, il revient à la gauche politique, aux syndicats et aux associations de s’opposer au fascisme montant tout comme aux intégrismes religieux très réactionnaires (cf notion de contre-mouvement régressif).
- La gauche c’est autant les variantes les plus critiques avec des perspectives émancipatrices diverses, porteuses d’alternatives extra-systémiques que celle plus soucieuse d’accéder au pouvoir dans un cadre d’alternance intra-systèmique. Car c’est bien la gauche politique - celle d’alternance ou celle d’alternative extra-systèmique - qui a vocation à s’opposer à un fascisme montant.
- Les syndicats de travailleurs et travailleuses, tant du public ou du privé, stables ou précaires, ont aussi un rôle évident et important contre le fascisme, car ce sont eux qui défendent les intérêts matériels et moraux des différents catégories de travailleur.ses, tant celles précaires et mal payées que celles mieux stabilisés et mieux payées, de toutes origines.
- Les associations antiracistes, féministes, LGBTQI ont aussi vocation à repousser les forces identitaires et communautaires fascistes.

- Néolibéralisme autoritaire et mortifère

Si le néolibéralisme contemporain devient de plus en plus autoritaire avec un « consensus sécuritaire » (avec ses lois, sa police , sa fausse police ) et de plus en plus xénophobe et morbide (des morts) avec un « consensus migratoire » alors il convient pour les animateurs politiques ou syndicaux ou associatifs de lutter contre ces deux consensus. Dés lors, l’articulation du combat démocratique (démocratisation des institutions, socialisation des banques) et du combat en défense des migrants, qui sont nos frères de classe, est nécessaire.

Si la question des migrants n’est pas un dérivatif, il importe aussi de voir certains problèmes. Dans les migrants comme d’ailleurs chez les résidents, nationaux ou non, il y a des islamistes et divers intégristes religieux. On assiste à des « campagnes d’hidjabisation » qui clivent les populations tant au Sud qu’au Nord. La sexyphobie et le sexoséparatisme de ces intégristes est inacceptable.

Il faut défendre les droits des femmes (liberté et égalité), les droits des homosexuels et LGBT(QI), les droits des migrants à circuler et vivre ici, le respect de la laïcité partout, y compris à l’école (loi du 15 mars 2004 en France interdisant les signes ostensibles de religion).

Pour autant, il importe surtout de ne pas céder aussi aux puissants - les classes dominantes (fraction privée capitaliste et caste HFP) sur la question économico-financière centrale, que l’on nomme néolibéralisme. Il est clair que l’anti-fascisme suppose de faire reculer le capitalisme fondé sur le profit d’abord et la propriété privée (2) défendue par les classes dominantes. Un des enjeux reste le développement des services publics, la défense de la Sécurité sociale, la défense de la retraite par répartition, mais aussi la réduction du temps de travail (RTT).

Christian DELARUE

1) LA POSSIBILITÉ DU FASCISME - UGO PALHETA - (Le Média) YouTube
https://www.youtube.com/watch?v=QaHHjK8RQqM

2) Le capitalisme en 8 points selon O. Bonfond
https://altermd.blogspot.com/2018/10/le-capitalisme-en-8-points-selon-o.html

Antiracismes et loi contre les signes ostensibles de religion - Christian DELARUE - Amitié entre les peuples
http://amitie-entre-les-peuples.org/Antiracismes-et-loi-contre-les-signes-ostensibles-de-religion-Christian-DELARUE