Faut-il avoir peur des musulmans en Europe ? - C Delarue

mercredi 1er octobre 2008
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

FAUT-IL AVOIR PEUR DES MUSULMANS EN EUROPE ?

Christian Delarue

MRAP et ATTAC France - Sept 2008

Retour du FSE de Malmö

Contexte : Propos de Fillon en France (1) Rassemblement à Cologne (2)

1 ) Qui veut que la France soit en guerre contre les musulmans ?

2 ) Le 20 septembre, à Cologne ! – La LCR soutient l’Appel à la résistance contre le Congrès des racistes

*

Les musulmans sont, comme les roms, souvent perçus comme dangereux . Ils font peurs à une bonne partie de la population. A tort. Les migrations opèrent un rapprochement des « civilisations ». Dans cette perspective la Turquie est un espace de rapprochement interculturel, de « transition civilisationnelle », de métissage sur fond de laïcité et de droits des femmes plus défendus qu’ailleurs au sud (3). L’Union européenne n’est pas réservé aux pays riches et aux pays chrétiens ou athées A propos d’élargissement, l’entrée de la Turquie est un élément essentiel d’une Europe altermondialisatrice.

- Une islamisation réelle et pour l’essentiel non problématique.

Les musulmans, autant qu’on puisse le savoir sont réellement nombreux en Europe . Il ne faut pas le cacher ! Si la Turquie intégrait l’Union européenne les musulmans seraient encore bien plus nombreux. Ce point sera développé plus loin . Mais il importe de se garder d’une vision fausse du réel . Jusqu’à présent les mécanismes d’intégration forts puissants dans tous les pays d’Europe ont fait leur œuvre. La pratique de la croyance se fait discrète. Ils et elles ont adopté une mentalité laïque . Même le rapport au corps et à la sexualité évolue et se libéralise loin des préceptes les plus rigoristes (4). Cette occidentalisation n’est ni bonne ni mauvaise en soi. Encore que la sortie des musulmanes (mais aussi des musulmans) d’un certain carcan rigide de la religion soit nettement un progrès porteur d’émancipation pour les femmes (et dans la foulée pour les hommes aussi) . C’est donc bien à tort que Geert Wilders (5) voyait l’invasion des barbares derrière l’entrée des migrants musulmans ou réputés être tel . Certes quelques burkas ou niqabs laissent entendre, bien que ce ne soit pas automatique, une réelle présence d’un intégrisme islamique en Europe. Mais il s’agit d’un phénomène minoritaire . A combattre certes, mais sans amalgame, sans confusion . Le problème à résoudre dans bien des pays est la construction de lieux de cultes. En même temps que se tient ce FSE à Malmö, l’extrême droite se rassemble à Cologne contre l’islamisation et plus précisément contre les mosquées. Qui ne voit l’injustice flagrante d’avoir des églises et des temples partout mais si peu de lieux de cultes pour la pratique de l’islam ?

- Les musulmans ne doivent pas être réduits à leur religion

En fait c’est surtout l’insertion sociale, économique et politique qui fait défaut. L’intégration prend la forme d’une assimilation des musulmans et des musulmanes mais elle néglige de faire « monter » les musulmans d’en-bas dans « l’ascenseur » social et politique. Cela devient dramatique dans de nombreux quartiers populaires ou le chômage et la précarité sont des phénomènes massifs touchant toutes les familles, ou les résidents d’origine étrangères ne bénéficient pas de logements de qualité ni de service publics de proximité. On ne répètera jamais assez l’importance d’avoir un espace de logement suffisant et inséré dans un cadre urbain agréable et à « taille humaine ». Nombre d’entre eux, quoique résidents en Europe, depuis plusieurs années n’ont pas accès à la citoyenneté et encore moins à la participation politique (cf ACER - 6).

- Quelle présence multiforme de l’islam et des musulmans en Europe ?

Voici quelques chiffres de René Naba : Au delà de la polémique sur la question de savoir si « l’Islam est soluble dans la République ou à l’inverse si la République est soluble dans l’Islam », la réalité s’est elle-même chargée de répondre au principal défi interculturel de la société européenne au XXI me siècle. Soluble ou pas, hors de toute supputation, l’Islam est désormais bien présent en Europe d’une manière durable et substantielle, de même que sa démographie relève d’une composition interraciale, européenne certes, mais aussi dans une moindre proportion, arabo-berbère, négro-africaine et indo-pakistanaise : Quatre mille mosquées, douze millions de fidèles, et 2,6 pour cent de la population européenne est d’origine musulmane, selon les statistiques officieuses concernant les 15 pays de l’Europe occidentale communiquées avant l’adhésion massive des 12 pays de l’Europe centrale et oriental . Ces chiffres parlent d’eux-mêmes et se passent de tout commentaire.

Premier pays européen par l’importance de sa communauté musulmane, la France est aussi, proportionnellement à sa superficie et à sa population, le plus important foyer musulman du monde occidental. Avec près de cinq millions de musulmans, dont deux millions de nationalité française, elle compte davantage de musulmans que pas moins de huit pays membres de la Ligue arabe (Liban, Koweït, Qatar, Bahreïn, Emirats Arabes Unis, Palestine, Iles Comores et Djibouti). Elle pourrait, à ce titre, justifier d’une adhésion à l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), le forum politique panislamique regroupant cinquante deux Etats de divers continents ou à tout le moins disposer d’un siège d’observateur.

En comparaison, pour une superficie de 9,3 millions de km2 et une population de 280 millions d’habitants, Les Etats-Unis comptent près de 12 millions de musulmans dont 3,5 millions d’arabo américains et 1 200 mosquées. La communauté musulmane de France se décompose comme suit : deux millions de Maghrébins, deux millions de nationalité française, la plupart originaires d’Algérie et rapatriés en France au moment de l’indépendance de ce pays, ainsi que 400. 000 africains, 300. 000 turcs et 100.000 asiatiques.

En vingt ans (1980-2000), près de trois mille associations ont été fondées et mille cinq cents lieux de culte édifiés, parmi lesquelles cinq grandes Mosquées, dont trois dans la région parisienne Paris, Evry et Mantes-La-Jolie, ainsi qu’à Lyon et Lille.

Socle principal de la population immigrée malgré son hétérogénéité linguistique et ethnique, avec 12 millions de personnes, dont cinq millions en France, la communauté arabo-musulmane d’Europe occidentale apparaît en raison de son bouillonnement -boutade qui masque néanmoins une réalité- comme le 28 me Etat de l’Union européenne.

En s’y greffant, l’admission de la Turquie, de l’Albanie et du Kosovo au sein de l’Union européenne porterait le nombre des musulmans à près de 100 millions de personnes, représentant 5 pour cent de la population de l’ensemble européen, ce qui pourrait porter atteinte, selon les tenants de la droite radicale européenne, à son homogénéité démographique, à la blancheur immaculée de sa population et aux « racines chrétiennes de l’Europe ».

Fin de citation. Extrait de :
L’Europe face au fait migratoire arabo-musulman par René NABA http://renenaba.blog.fr/

*

3) TURQUIE : VIGILANCE LAIQUE ET FEMINISTE

4) Moeurs des « nouveaux français »

5) FITNA, un film islamophobe, anti-musulmans*

6) ACER : L’Association pour une citoyenneté européenne de résidence

*

Addendum sur ce thème (ajouté le 2 octobre 2008) :

Un texte récent et accessible de Tariq Ramadan (*) en plus de son dernier livre « Face à nos peurs » (2008)

« L’Europe doit essayer de dépasser sa peur de l’islam »

© Tariq Ramadan, professeur d’islamologie (Oxford/Rotterdam)

Bibliographie sur Islam en Europe