Ernst Haeckel, raciste décédé en aout 1919, il y a 100 ans.

mardi 27 août 2019
par  Amitié entre les peuples
popularité : 18%

Ernst Haeckel, raciste décédé en aout 1919, il y a 100 ans

Un rapprochement avec un Darwin idéologisé (façon Spencer) !

I - « Demander une religion à la science » ?

« Demander une religion à la science » c’est le propos de Vacher de La Pouge, auteur raciste, traducteur de Ernst Haeckel et de son monisme évolutionniste (1). Le monisme (2) d’Haeckel faisait sien une telle assertion paradoxale .

Or on ne peut attendre d’une science que des énoncés scientifiques, le reste n’est qu’idéologie. Ici une variété de « darwinisme social » qui n’est que déformation idéologique pro-hiérarchie et inégalités de Darwin (comme Spencer l’a fait).

A ) Critique de la religion, des religions

Pour Patrick Tort, historien des sciences et spécialiste de Darwin (passage ci-dessous), la religion comme principe de croyance ou les religions comme systèmes historiquement construits sont comme tous les autres systèmes idéologiques, ie ceux qui sont non conçus comme religion mais qui se répètent dans le temps, qui se reproduisent dans l’histoire : ils ne sont en rien redevables de la science et de ses énoncés .

Un intellectuel peut être croyant ou idéologue mais pas quand il fait réellement oeuvre de science. Dans le discours d’un scientifique il faut repérer ce qui est énoncé scientifique et répétition idéologique .

Un intellectuel se montre ordinairement (quoique de façon diverse) critique de LA religion comme principe de foi et de croyance et critique DES religions historiques comme dispositifs dogmatiques et appareils, à dominante masculine le plus souvent, de maintien des dogmes dans les sociétés, surtout celles non laïcisées.

B) Critique des autres « appareils d’influence idéologique »

Mais il y a de nos jours bien d’autres « appareils d’influence idéologique » produisant de la hiérarchie et de la soumission que les religions, des appareils à soumettre aussi à la critique afin de permettre une émancipation et une plus grande liberté des humains.

Les appareils d’influence idéologique dominants fonctionnent à l’inculcation du consentement à l’ordre hiérarchique du monde dominé par les diverses oligarchies, que ce soient celles de l’Ouest ou de l’Est (Chine), celle du Nord ou des Suds. Comme les religions, ces AII dominants produisent des habitus et un ethos soit conforme à un hyper-patriarcat, soit conforme à un capitalo-patriarcat.

II - Monisme et « Déterminisme, Inégalité, Sélection » : La critique de Patrick TORT (in La pensée hiérarchique et l’évolution - 1983) :

A) Sur le monisme d’Haeckel

Extrait PT : Lorsque Haeckel fonde son monisme sur les deux principes de la conservation de la matière (Lavoisier, 1789) et de la conservation de la force (Mayer, 1842, Helmholtz, 1847) , qu’il fait fusionner pour sa part, afin d’exprimer l’unité indissociable de la matière et de l’énergie, dans l’expression « loi de conservation de la substance » ou plus simplement encore « loi de substance », il fait usage d’un concept qui, pour sa teneur et sa généalogie, est à peu près l’équivalent du principe spencérien de « persistance de la force ». (page 318) L’unité doctrinale du monisme évolutionniste se constitue donc véritablement entre Spencer et Haeckel.

Mais chez l’un comme chez l’autre, la prétention à déduire les fins de l’évolution humaine du passé de cette évolution se heurte à l’objection suivante : pour que l’évolution future soit la simple projection ou extrapolation d’une dynamique régulière identifiée au sein de toute l’évolution phénoménale antérieure, il faudrait au moins que cette évolution passée n’eut produit aucun changement qualitatif apte à en transformer le cours.

B) Déterminisme et inégalités

Extrait : Le déterminisme sera l’une des notions-clés de la nouvelle philosophie monistico-évolutionniste. Sa traduction politique immédiate chez Vacher de La Pouge ; « Et la politique elle-même est touchée » écrit-il, car à la formule célèbre qui résume le christianisme laïcisé de la Révolution : Liberté, Egalité, Fraternité, - nous répondons « Déterminisme, Inégalité, Sélection »

Il s’agit d’entériner les inégalités conçues comme naturelles et non de les combattre au nom d’une dynamique de civilisation au sens de l’« effet réversif »

III - La tendance évolutive du processus de civilisation selon Darwin et Patrick Tort : la réduction des effets anti-sélectifs.

L’« effet réversif » est le mouvement par lequel l’humanité passe, au cours de son histoire évolutive, d’un état archaïque où sévit encore la loi de l’élimination des moins aptes (sélection naturelle) à un état dit « civilisé » dans lequel s’organise au contraire et s’étend leur protection.

Ce mouvement, très long à l’échelle historique quoique très court par rapport aux temps que l’on mesure dans l’évolution, a lieu suivant Darwin (La Filiation de l’Homme, 1871) grâce à la sélection des « instincts sociaux », dont le déploiement, couplé avec celui des capacités rationnelles, s’accompagne d’un élargissement coextensif du sentiment de « sympathie », lequel se caractérise par des effets notablement anti-sélectifs : soins apportés aux malades et aux infirmes, assistance envers les miséreux, reconnaissance du « semblable » dans l’étranger, sentiment d’humanité envers les animaux, etc. Telle est pour Darwin la tendance évolutive du processus de civilisation.

Christian DELARUE

1) Ernst Haeckel, décédé en aout 1919, il y a 100 ans
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ernst_Haeckel#Racisme

2) Le monisme, lien entre la religion et la science, profession de foi d’un naturaliste - Haeckel Ernst
Préface de G Vacher de La Pouge (1897)
https://livre.fnac.com/a12117429/Haeckel-Ernst-Le-monisme-profession-de-foi-d-un-naturaliste

2) Un exposé plus général sur le monisme :
Le Monisme - Persée
https://www.persee.fr/doc/phlou_0776-555x_1912_num_19_76_2035